Canne Poison Adrena - 264 UL

- Jean-Michel Marcon –

Le 05/08/2015


Avant de vous présenter cette canne, j’ai pris le temps de la tester longuement et personnellement, elle m’a bluffé ! Aussi bien par sa polyvalence dans la recherche des carnassiers que par le large éventail de leurres que l’on  peut utiliser.

Techniquement, de quoi s’agit-il :
Canne monobrin Poison Adrena 264 UL Shimano
Longueur : 6’4 soit 1.93m
Poids : 90g
Puissance annoncée : 3-10g
Disponibilité : Tous nos détaillants partenaires JDM

Comme toute la série Adrena, elle est dotée d’un porte-moulinet CI4+, dont on appréciera l’extrême précision, construction du blank « spiral X », 9 anneaux Fuji K en titane inoxydable, talon Mono Grip (extension en carbone du blank)

Avec quel moulinet ?
Si au premier abord on pense naturellement à un Rarenium CI4+ 1000 Shimano, j’ai fait le test avec le Stradic CI4+ 2500 Shimano et cela passe très bien, même si ce dernier est un peu plus lourd avec 195g au lieu des 170g du Rarenium.
Autant vous dire que vous aurez le choix pour associer votre Poison Adrena 264 UL avec les moulinets Rarenium CI4+ Shimano dans les tailles 1000 -2500 et 3000, ou la gamme Stradic CI4+ en taille 1000-2500 et 3000.

Son action :
Là, c’est au bord de l’eau que l’on découvre la belle. Si elle parait très rapide sans moulinet, une fois montée et le leurre au bout de la ligne, on constate  immédiatement que malgré son action « Fast », elle permet des lancers en douceur et précis.
Je fais donc le test des différentes gammes de leurres, leurres souples sur têtes plombées entre 1 et 5gr, cuillers ondulantes et tournantes jusqu’à la taille 2 en Vibrax, poissons nageurs inférieurs à  10 cm, tout passe très bien. La canne n’est pas mise en défaut et se révèle très agréable. 

POISON-ADRENA-TRUITE.jpg


Test 1 : La truite

La première phase du test va se dérouler sur une toute petite rivière en première catégorie, où il n’est pas facile de glisser une canne entre les arbres pour envoyer un Rapala Countdown 5 avec précision.

La canne se charge sur une simple rotation du poignet et propulse avec précision le leurre. Malheureusement en ce début de saison sur cette rivière, les truites ne sont pas très actives et il faudra basculer sur les leurres souples.

Les petits Shads montés sur tête plombée 2gr sont parfaitement conduits au ras des berges ou dans les veines de courant nourricières, les truites n’y résistent pas.

De jolis poissons d’environ 35cm dans un petit milieu…autant dire qu’il ne faut pas leur laisser la chance d’aller rejoindre une racine.

Ferrage sec et combat en force, le tout finalisé par un coup d’épuisette, avant un retour à l’eau : une belle matinée ou nous  enchainerons les poissons.

Le plus de la canne : une action rapide et une excellente tenue du poisson en combat, ce qui évite de décrocher. Sa petite taille lui permet de se faufiler partout,  son talon court  lui donne une excellente maniabilité. 

Mais le secteur se terminant, notre hôte nous propose de basculer en mode brochet, et là, ce n’était pas du tout prévu ! En faisant la route je réfléchis à ce qui peut bien trainer dans mes leurres pour attaquer les brochets en plan d’eau.

Par chance j’ai quelques « micro Jig » maison en 5g, ça devrait le faire pour lutter contre un vent de 60km/h, tresse Power Pro en 0.06, une tête de ligne en fluoro 45 centièmes et je croise les doigts pour ne  pas me faire couper. A ce petit jeu, les brochets sont joueurs. Ils sont montés sur la berge face au vent et s’en donnent à cœur joie dans les alevins, ça tombe bien le micro Jig est de la bonne taille. Bilan en 2h de pêche : une quinzaine de brochets entre 45 et 55cm seront mis au sec et relâchés. Ce test n’était pas prévu mais je me suis régalé sur ces petits poissons !

POISON-ADRENA-BASS.jpg

Test 2 : Le Bass

Le deuxième vrai test pour cette canne ce fut l’Espagne et ses Bass ! Nous avions rendez-vous avec Gregory et Mathieu sur les grands lacs espagnols, les échos d’avant pêche indiquaient une pêche du bass difficile avec des poissons tatillons, une eau claire à 22° C. Pour faire du poisson, le Wacky était la meilleure option.

La Poison Adrena 264 UL a donc fait le déplacement en Espagne à la conquête des Black Bass. Une pêche simple, tout en finesse et en puissance, avec une tresse de 0.06, une tête de ligne en Fluorocarbone 19 centièmes, le frein du moulinet bien réglé, un hameçon VMC Wacky (7344WK), un Worm et parfois en fonction de la profondeur, un petit insert tungstène inférieur à 0.9g... autant dire un ensemble très light.

Au retour du séjour, la petite Poison Adrena 264 UL Shimano a totalisé une moyenne de 30 Black Bass par jour de pêche avec des tailles entre 40 et 54 cm. Un seul poisson a été perdu sur casse. En combat, elle est maniable et puissante à la fois, elle accompagne les coups de tête du poisson ce qui permet de toujours garder le contact. Les limites de puissance étaient beaucoup plus vite atteintes par la tête de ligne que par la canne qui en demandait encore. Dommage que les bass aient fait les difficiles avec des têtes de lignes plus fortes, car je me serais bien laissé tenter pour brider les poissons plus fort. La maniabilité de la canne permet d’être très réactif, notamment pour contrer les sauts des diables verts qui n’attendent que ça pour expulser votre leurre et l’hameçon.Encore une fois elle est parfaitement dans son élément !

Depuis l’Espagne la Poison Adrena 264 UL Shimano, m’a souvent accompagné au bord de l’eau, que ce soit pour des pêches en compétition ou des pêches loisirs. J’ai pu la sollicité sur des montages Dropshot  jusqu’à 15g en utilisant des leurres souples de 5 à 7 cm, ou avec les Gomoku Popper de Storm. Vivement les sorties Wading ou les sessions Float Tube à la recherche des chevesnes et perches, car je sais que je peux compter sur sa polyvalence et son efficacité, un must !

BASS.jpg


Jean-Michel Marcon, Team Shimano